Jérôme Collin - HYPNOPHONIES

Publié le par Sandra Buisson

COMPOSITEUR : Jérôme COLLIN
TITRE :
Hypnophonies

EDITEUR : Ducinaltum
DATE : 2007

     Ce disque est composé de sept pièces différentes qui reposent chacune sur un des septs "modes", dans l'ordre des quartes : la, mi, si, fa, do, sol et ré.
     Chaque pièce, comme son nom l'indique, est une espéce de long étirement hypnotique duquel émerge souvent une ligne mélodique qui exploite les propriétés musicales de chaque mode.
     C'est assez difficile à décrire, et comme la jolie pochette l'évoque, c'est un peu comme un aquarium dans lequel tout bouge, tout est en suspend, et devant lequel on pourrait rester des heures à suivre un poisson en particulier ou à profiter de l'effet d'ensemble.
     La première (mode de la) fait entendre une espèce de nuage avec des petits éclats sonores sur lesquels flottent une sorte de mélodie de luth. La seconde (mode de mi) est une longue et belle mélodie flûtée sur un bourdonnement de cloches graves, et noyée dans un tourbillon de petits sons. Puis la mélodie flûtée est reprise dans le grave. La troisième (mode de si) fait entendre des sortes de bruits électroniques déhanchés, sur une nouvelle ligne mélodique, tandis que la quatrième (mode de fa) noie de tintements de carillon dans un épais brouillard sonore.
      La cinquième est une superbe mélodie sifflée en mode de do, doublée par des cordes sur un bourdon qui ressemble à un éternel ressac. La sixième, assez différente des autres, est un gigantesque carillon qui ne va qu'en s'amplifiant. La dernière, sombre et comme désenchantée (mode de ré) est un sourd bourdonnement qui s'achève pourtant sur quelques arpèges doux et lumineux.
     C'est un pari de mettre un extrait de une minute de pièce dont le principal intérêt réside dans la durée. J'ai mis quand même un passage de la seconde, qui me semble la plus "aquarium" des sept !


Extrait : Hypnophonie # 2 (mi)

 

 

Publié dans XXIème siècle

Commenter cet article

Oliv Kronsilds 10/06/2008 12:12

Quel dommage que ce ne soit que de courts extraits (j'en comprends la raison de copyright).
J'aurai bien aimé me plonger plus longuement dans cette hypnophonie...